Quel designer pour mon projet?

Il existe différents types de designers…

Petit tour d’horizon dans la jungle du design pour savoir qui appeler pour son projet…

Le designer est-il un artiste ?

Les peintres, sculpteurs et certains photographes et vidéastes… vivent de la vente de leurs œuvres, de leurs prestations artistiques et de la perception des droits d’auteurs. À la différence de l’artiste qui est libre dans son expression, le designer crée sur commande. Il doit s’adapter à la demande du client en respectant un cahier des charges (contraintes techniques, d’usage et de coût).

PRODUIT

Designer produit ou designer industriel : Il conçoit des objets innovants, à la fois esthétiques et fonctionnels. Il peut exercer dans tous les domaines d’activité, par exemple, un designer mobilité conçoit du transport… Je ne parle pas ici des métiers liés au stylisme qui sont à mon sens spécifiques. Au studio par exemple, on est spécialisé dans l’industrie et l’alimentaire.

Un designer alimentaire : Il conçoit des objets alimentaires (industrialisables). Les produits prennent différentes formes, couleurs et goûts. C’est l’alliance « goût-fonctionnalité » qui donne un sens et de l’impact au produit en faisant appel à l’imaginaire du consommateur. A la différence d’une chaise, l’objet alimentaire s’ingère, le designer doit donc impérativement avoir des notions d’anthropologie et de sociologie…

Attention, ne pas confondre un designer alimentaire et culinaire ! Le designer culinaire conçoit des plats ! C’est un peu un chef qui aurait un sens du style très développé. L’ensemble de ces métiers est appelé « food design ».

Designer packaging : il travaille sur les emballages des produits (notions d’identité de marque et d’expérience d’utilisation).

packaging boite carton cloche
Design de produit : une planche à découper

GRAPHISME ET WEB

Designer graphique : il a pour but de mettre en avant de l’information sous la forme de contenus visuels afin d’attirer, de transmettre et de faire comprendre cette information. Il donne une identité visuelle à des supports de communication (emballages, affiches, sites web…)

“Créer, choisir et utiliser des éléments graphiques pour élaborer un objet de communication. Chacun des éléments est symbolique et signifiant, dans la conception du projet, dans le but de promouvoir, informer ou instruire”.

Cependant, il ne faut pas confondre infographiste et graphiste ! Mais, souvent, les deux peuvent réaliser un travail d’illustration.

Un illustrateur dessine. En général il est sélectionné pour son “style graphique”.

L’infographiste est davantage exécutant. Le graphiste crée un concept que l’infographiste réalise. En général, un graphiste est infographiste, l’inverse n’est pas toujours vrai (la formation du graphiste est plus axée sur la stratégie et le concept).

Webdesigner ou webmaster : il transmet de l’information sur le support internet. Internet est un support interactif, il est donc important d’avoir de bonnes notions techniques pour un site fiable et des notions d’ergonomie (il est essentiel de connaître le comportement voulu de l’utilisateur sur le web site).

Son travail n’est pas qu’un simple habillage graphique. Aussi, il est un véritable outil de communication qui facilite l’expérience utilisateur au travers d’une ergonomie conviviale. Il transmet clairement et de la façon la plus pertinente le message marketing. Il donne une véritable valeur ajoutée à l’information.

Quelle différence y a-t-il entre webdesigner et intégrateur ?

Intégrateur web ou développeur front ou intégrateur HTML : il intègre les pages d’un site Internet en « traduisant » les projets de l’équipe graphique en langage informatique. Il est le garant de la bonne application des spécifications techniques et du design.

Développeur : il est chargé d’écrire tout ou partie des programmes informatiques nécessaires à la bonne marche du site Internet dont il a la responsabilité. Les lignes de codes qu’il va rédiger traduisent en langage informatique (ou langage « ordinateur ») les fonctionnalités demandées au site.

UX designer : il rend l’expérience de l’interface aussi agréable et satisfaisante que possible. Il mobilise un large éventail de méthodologies et d’outils pour modéliser les attentes et les comportements des utilisateurs, ainsi que les solutions de design qu’il peut apporter.

UI Designer : le designer d’interactions travaille sur des produits à comportement, intégrant des hautes technologies : robots, smartphones, IHM, I.A., signalisation… De ce fait, ce profil recoupe celui d’UX Designer.

Motion designer ou graphiste vidéo : il conçoit, puis réalise des productions graphiques incorporant à la fois de la vidéo, de l’animation 3D, des effets spéciaux, des sons ou encore de la typographie. Ce mélange de médias se retrouve dans des films de présentation, clips musicaux, messages publicitaires, etc. Il est capable de travailler sur toute la chaîne de production d’une animation ou d’une interface.

ARCHITECTURE

Architecte : conçoit le plan d’un édifice et en dirige l’exécution. Ainsi, il exerce ce que l’on appelle la maîtrise d’œuvre.

Architecte d’intérieur : dont la mission est limitée à la conception d’éléments bâtis ne nécessitant pas l’obtention de permis de construire.

Designer retail : conçoit des points de vente cohérents avec les marques.

Il existe aussi…

Designer de service : étude holistique basée sur l’empathie utilisateur, la collaboration entre les différents acteurs du projet et la co-création. Il identifie les services à proposer à l’utilisateur.

Chacun dans son domaine doit, à mon sens, sentir l’air du temps (les tendances), comprendre les attentes des utilisateurs, être à l’écoute et saisir les envies et les attentes de ses clients. Il doit aussi respecter les normes en vigueur, tenir compte des contraintes budgétaires qui lui sont imposées, intégrer au mieux le respect de l’environnement dans ses réalisations et choisir les matériaux employés au besoin.

Mais le métier de designer est de plus en plus complexe et la méthodologie du design s’étend au management de projet, voire au management d’entreprise.

Le design thinking : c’est une méthodologie permettant aux designs, lorsqu’elle est combinée à du « Design Doing », donc à des designers, de devenir un outil investissant des domaines comme la finance, le leadership, la gestion d’entreprise… Ainsi, il est possible, sans être designer, d’en étudier les méthodes, pour les appliquer en globalité dans l’entreprise.

packaging boite carton cloche
Design thinking, une approche systémique, où le brainstorming à toute sa place

Enfin, autour du design il existe d’autres métiers avec lesquels les designers interagissent.

Le modeleur 3D ou designer 3D : il a pour mission d’accompagner le développement des projets de design dans leur faisabilité et leur mise en forme, du point de vue technique et esthétique.

Le maquettiste : il a pour mission de réaliser des maquettes ou prototypes formellement, cela permet de valider l’échelle, la mise en forme esthétique et fonctionnelle.


Maquette blanche pour valider l'ergonomie

Je sais, tout cela est assez complexe, et j’en rajoute une couche…

Directeur artistique : il est le responsable de l’identité artistique (ton, style, genre, ambiance…). Il définit les caractéristiques artistiques, choisit, construit et coordonne l’ensemble de l’offre culturelle et de sa production. Pour conclure, il est celui qui définit et met en œuvre la ligne directive artistique globale à suivre tout en encadrant l’ensemble du personnel de production et de création artistique.

Pour finir, les compétences étant assez transverses, certains designers sont « designer global » ou « designer 360 », ce qui signifie simplement qu’ils regroupent plusieurs domaines d’activité.

Au studio on aime cette polyvalence hyper enrichissante de design global, et tout ce qu’on sait faire on vous l’a mis en rouge :).

Contactez-nous quel que soit votre projet nous travaillons avec de nombreux corps de métier !

Laisser un commentaire